amitiés philosophiques amitiés philosophiques
amitiés philosophiques
amitiés philosophiques
Nouv.

amitiés philosophiques

À propos

Aron-Sartre, Foucault-Deleuze, Ricoeur-Derrida, Derrida-Lévinas...

D'où sont nées ces amitiés entre des philosophes qui ont marqué leur temps?? En quoi ces «?couples?» sont-ils absolument singuliers et que nous disent-ils de leur époque et de ses enjeux intellectuels??

«?Parce que c'était lui, parce que c'était moi?», écrivait Montaigne à propos de l'amitié qui le liait à La Boétie, s'exclamant également?: «?O mes amis, il n'y a nul amy?!?» S'appuyant sur leurs correspondances, des écrits peu connus, des récits de témoins, François Dosse lève le voile sur l'intimité de ces relations marquées par une proximité affective qui n'exclut pas jalousies et rivalités, rancoeurs et haines recuites. L'intensité des joutes le dispute au caractère spectaculaire des réconciliations, parfois à titre posthume.

/> À travers ces itinéraires croisés, c'est toute la seconde partie du xxe siècle qui nous est restituée, avec ses controverses, ses déchirures, ses explosions sociales...

Rayons : Sciences humaines & sociales > Philosophie > Philosophie généralités > Essais / Réflexions / Ecrits sur la philosophie

  • EAN

    9782738157560

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    336 Pages

  • Longueur

    24 cm

  • Largeur

    15.5 cm

  • Épaisseur

    2.3 cm

  • Poids

    456 g

  • Distributeur

    Hachette

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

François Dosse

François Dosse, historien, professeur des universités, a notamment publié à La Découverte, L'Histoire en miettes : des Annales à la " nouvelle histoire " (1987, réédition 2010), Paul Ric½ur, les sens d'une vie (1997-2001), Michel de Certeau. Le marcheur blessé (2002-2007) ou encore Gilles Deleuze et Félix Guattari. Biographie croisée (2007 ; 2009). Il a récemment publié Pierre Nora, homo historicus (Perrin, 2011) et codirigé les deux volumes Historiographies (Folio Histoire/Gallimard, 2010).

empty